12 janvier 2021

Illustration avec des mains se soutenant mutuellement

Ma chaudière est tombée en panne ce dimanche 10 janvier. Pas terrible par ces températures négatives. Grâce à l'entraide, j'ai pu la réparer en 2 jours. La chaleur revient dans la maison ce mardi 12 janvier matin.

Pourquoi je vous raconte cela ? 

Parce que cela me conforte dans le choix d'ajouter l'entraide locale dans l'application Vilocalis.

Une histoire de moteur, de relai, de condensateur

Dimanche matin la chaudière s'est arrêtée : la vis amenant le granulé dans le foyer ne fonctionne plus. Plus précisément, la marche avant ne fonctionne plus, mais la marche arrière, utile en cas de blocage de la vis, fonctionne encore ?!?

Que se passe-t-il ?

Cette chaudière à granulés de bois chauffe ma maison et celle de ma sœur, jumelée à la mienne.

Et dehors, la température est négative.

Bref, il y a urgence à trouver une solution.

J'avais un peu négligé les signes avant coureurs :

  1. Petit à petit, la vis amenait moins de granulés à la fois, ce que je compensais sur la chaudière en augmentant progressivement la fréquence de déclenchement de la vis.
  2. Au dernier nettoyage, lors du redémarrage de la chaudière, la vis apportait très peu de granulés à chaque déclenchement. Puis cela s'est amélioré au fur et à mesure que la chaudière s'est réchauffée.

Bon, je m'attaque au moteur. Je démonte le capot de la bête.

Dedans, un condensateur. Dehors un autre condensateur. Hum hum.

Petit flash-back :

La chaudière date de 2006. J'avais changé le moteur en 2014. D'abord en l'amenant dans une entreprise spécialisée autour de chez moi pour un diagnostic et réparation. Agréable surprise : celui qui la dirige est une connaissance du même village que moi. Après diagnostic, le bobinage est abîmé, il faudrait rebobiner le moteur, ce dont ils ne font pas et cela reviendrait plus cher qu'un moteur neuf. Il m'a proposé soit un moteur bas gamme (à 300€) d'un pays de l'Est, ou un moteur de bonne marque française, à 500€. J'ai préféré celui-ci. Cette connaissance est même venue m'installer le moteur. Il a du faire des adaptations au câblage standard pour que cela fonctionne bien avec la chaudière. Il m'a aussi fourni un condensateur de rechange au cas où, car d'après lui, les condensateurs s'usent...

J'ai donc un condensateur de rechange. Je l'échange avec celui identique. Cela ne fonctionne pas mieux.

Il y a un autre condensateur. Mais ce n'est pas le même. Après avoir repéré ses caractéristiques, je vais demandé à mon père (maison voisine aussi) s'il n'en aurait pas un en stock (très bricoleur, il récupère beaucoup de choses). Bingo ! Il en trouve un de même caractéristique sur un de ses moteurs inutilisés.

Je l'échange sur mon moteur. Cela ne marche pas mieux.

J'appelle mon père à la rescousse. Il retourne tester le condensateur sur son moteur, celui-ci fonctionne.

Sur ses conseils, je démonte le moteur de la vis pour diagnostiquer le moteur hors charge. Cela ne marche pas mieux : la marche avant ne fonctionne toujours pas, et la marche arrière fonctionne toujours.

Cela laisse mon père perplexe : d'habitude, soit cela marche, soit cela ne marche pas du tout.

Mais il a l'habitude des moteurs triphasés, or celui-ci est un moteur monophasé.

J'ouvre le tableau de commande de la chaudière, mais je n'y comprends rien dans tous les boîtiers et branchements. Je referme.

Bon, à défaut d'idée et de compétences adéquates, Je décide que lundi matin, j'appellerai un chauffagiste pour venir diagnostiquer la panne sur le moteur.

Lundi matin, j'essaie de trouver un chauffagiste :

  • J'appelle un 1er chauffagiste de mon village : il ne fait que des chaudières gaz et pompes à chaleur et ne peut pas intervenir sur une chaudière à granulés. Même en indiquant qu'il s'agit d'un diagnostic sur le moteur, il ne veut pas venir.
  • Le 2ème ne fait que des installations neuves, et de toute manière pas en granulés bois
  • J'appelle un 3ème, un peu plus loin, mais recommandé par mon père pour ses compétences. A nouveau, ne veut pas intervenir sur une chaudière à granulés bois, ce n'est pas dans son domaine.

Pourquoi ne pas appeler celui qui l'a installé ?

En 2006, j'avais fait installé la chaudière à granulés de bois par un plombier-chauffagiste local, une connaissance, plutôt spécialisé sur les chaudières gaz, mais prêt à monter en compétence. Cependant, il n'en a pas installé d'autres, et j'ai pu constaté qu'il n'a pas les compétences électriques nécessaires. Je maintiens ma chaudière moi-même en fait.

Comme le moteur ressemble à un moteur de machine à laver, j'ai commencé à contacter des dépanneurs dans ce domaine. Pas eu de retour à mes messages laissés sur leurs répondeurs.

D'un coup, je pense à Antonin, un expert dans le domaine électrique industriel, adepte à titre personnel de la réparation, et on fait partie du même S.E.L (Système d’Échange Local), un système d'entraide au sein de ImaginaCtion, association à Montmerle.

Il ne connaît pas les moteurs monophasés, mais si le moteur fonctionne en arrière et pas en avant, cela veut dire que la panne est dans le relai de commande du moteur, qui est parmi les composants du panneau de commande.

Comment le retrouver ? Ouvrir le panneau de commande et en actionnant la marche arrière repérer le relai responsable, et en déclenchant la marche avant celui en cause, et d'identifier s'il y a des différences de comportement.

Celui de la marche avant a en plus un autre composant dessus et un autre composant à l'arrière. Gloups !

J'envoie les schémas électriques de la chaudière à Antonin, qui comprend rapidement qu'il y a un relai auxiliaire dessus, et un composant de surcharge pour arrêter le moteur en cas de blocage.

Avec Joachim, mon beau-frère habitant la maison mitoyenne sans chauffage aussi, on teste les relais (il faut 4 mains pour cela !) avec un voltmètre, et on identifie que le petit relai auxiliaire a une panne. Chouette, on a trouvé la panne !

En cherchant sur Internet, ce composant n'est plus fabriqué. Il a cependant un successeur.

Je tente d'appeler des magasins de fourniture de composants électriques, mais soit ils ne font pas, soit ils ont un délai de 15 jours pour avoir le composant. Pas compatible avec le manque de chauffage en plein hiver...

Je recontacte Antonin, qui par chance a ce relai en stock à sa société. Ou plus exactement son successeur.

Il me l'apporte en fin de journée à la sortie de son travail. On constate que les ergots d’emboîtement sont un peu différents et cela ne s’emboîte pas avec la génération précédente. Grr ! Pas de soucis, Antonin coupe les ergots et on peut l’emboîter sur le relai principal. Et miracle ! ça marche, le moteur fonctionne maintenant dans les 2 sens.

Confiant, après le départ d'Antonin, je remonte le moteur sur la vis, et là, oh déception, ça ne marche plus !

Plus précisément, le moteur ronfle en marche avant, mais n'arrive pas à faire avancer la vis. Alors que la marche arrière fonctionne toujours. Quand je démonte de nouveau le moteur, la marche avant fonctionne bien.

Bref, après avoir résolu le problème de relai, il y a bien un problème avec le moteur.

Bon, je reprends les tests sur le condensateur "permanent" aussi appelé de "déphasage" (j'ai appris ça sur Internet), en le remplaçant par celui que mon père m'a trouvé. Une fois le moteur remonté sur la vis, la marche avant fonctionne avec ce condensateur, mais un peu mollement, elle ne va pas très vite.

J'essaie aussi le condensateur d'une capacité un peu au-dessus que m'a apporté Joachim, et là, ça marche, la vis est vive en marche avant, comme elle devrait l'être ! Hourra !

C'est un peu tard le soir pour que je remette la chaudière en route, car il faut la surveiller et remettre les bons réglages que j'avais du adapter à la langueur progressive du moteur due à l'usure progressive du condensateur permanent.

Je fais ça ce mardi matin. Sans nouveau soucis. Ouf !

Oh joie, la chaudière fonctionne depuis plusieurs heures.

Pendant que j'écris cet article, une douce chaleur commence à irradier des radiateurs.

Petit épilogue sur cette double panne

Comme ce genre de relai est habituellement robuste, Antonin pense que c'est la panne moteur (condensateur) qui a du provoquer une surtension sur le relai.

J'en tire plusieurs enseignements

1

La satisfaction d'avoir pu dépanner

J'éprouve une vraie joie à avoir pu effectuer ce dépannage, et cela semble aussi le cas de Joachim, d'Antonin et de mon père. Une vraie satisfaction d'avoir pu le faire ensemble, chacun apportant sa contribution faire avancer le problème.

2

Dépannage à peu de frais

On a déboursé aucun euro, que de la récupération.

Je vais toutefois acheter un condensateur neuf aux bonnes caractéristiques à la place de celui de dépannage, et chercher un relai d'occasion afin que de remplacer le bricolage actuel (tenu avec du ruban adhésif). Cela coûtera 30 à 40€.

Si j'avais réussi à trouver un professionnel, outre sa main d’œuvre, il aurait commander les composants officiels de la marque de chaudière, le petit relai nouvelle génération (66€) et le relai du dessous qu'il fallait changer en même temps avec la nouvelle génération à (172€). Ensuite attendre la livraison de ces composants. Si le professionnel est bon, il aurait normalement aussi diagnostiquer le problème sur le condensateur et commander celui-ci aussi (20€) sans commander un nouveau moteur (560€).

3

Capacité à agir, délai de réaction, moindre déchet

J'ai appris à mieux connaître ma chaudière, les moteurs électriques, le principe du condensateur et comment diagnostiquer ce type de problème. De même que Joachim, Antonin et mon père ont appris des choses.

Ça donne confiance aussi en nos capacités à nous dépanner nous-mêmes, rapidement, et notamment quand il est difficile de trouver un professionnel pour cela.

De plus, en réutilisant des composants, on a évité du renouvellement inutile de certaines parties, alors que le fabricant des relais empêchait ses deux générations de produits de cohabiter !

4

Résilience locale

C'est un exemple de ce qu'on peut faire avec un petit réseau d'entraide (entourage familiale, avec Antonin en plus).

Avec un réseau local plus nombreux, ensemble, nous aurions pleins de ressources.

Nous en tirerions de nombreuses satisfactions à s'entraider, l'occasion de mieux se connaître entre voisins et habitants de la commune, la possibilité d'apprendre des uns et des autres.

Tout cela nous procurant une joie pérenne et nous donnant confiance sur notre capacité de résilience locale face aux changements importants à venir (changement climatique, difficultés de poursuivre notre croissance consommatrice de ressources, ...).

Et pour Vilocalis ?

Avec ce bon résultat d'entraide, cela conforte mon idée de l'ajouter dans Vilocalis, pour une entraide au niveau de chaque commune.

Si cela existait sur ma commune, comment m'y serais-je pris sur ce cas ?

  • Après ma première phase de diagnostic, j'aurais demandé si quelqu'un s'y connaît en moteur pour me conseiller, ou mieux venir m'aider à diagnostiquer.
  • Si personne ne pouvait m'aider, j'aurais demander un contact d'un professionnel qui pourrait intervenir.
  • J'aurais aussi pu demander des condensateurs pour tester.
  • Ou alors si quelqu'un peut m'aider à diagnostiquer les relais avec un voltmètre.
  • Le professionnel pourrait aussi demander si quelqu'un a un condensateur correspondant ou le vieux relais en panne, pour dépanner rapidement l'installation en attendant de recevoir des composants neufs
  • ...

Et vous ? Sentez vous libre de laisser un commentaire pour dire si vous pensez que c'est pertinent, ou non, dans Vilocalis.

A propos de l'auteur

Franck Buland

Habite Francheleins, une petite commune de l'Ain, est impliqué dans la vie associative, privilégie les acteurs locaux et participe aux échanges qui font sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

  1. Enseignement 5 : en cas de pb de chaudière, je te téléphone 🙂
    Enseignement 6 : le froid est un bon moteur de motivation !

    En tous cas, bravo !

{"email":"Adresse de messagerie invalide","url":"Adresse du site Internet invalide","required":"Ce champ est requis"}